Ouverture

Bienvenue sur Infologie !

Ce carnet a pour but d’accompagner mes activités par la publication régulière de réflexions théoriques, de travaux sur corpus et archives, ainsi que de compte-rendus de lectures et d’évènements. C’est un plan de travail numérique, un espace intermédiaire logé quelque part entre pensée retenue et pensée distribuée.

J’étudie actuellement l’héritage épistémologique de Paul Otlet dans le cadre d’un contrat doctoral. Je couvrirai ici plusieurs axes dont certains traversent et d’autres dépassent mon sujet de thèse :

1. Les technologies de l’intellect (ou technologies intellectuelles, ou technologies intellectives) et en premier lieu ces outils indissociables de la pensée réflexive que sont le langage et l’écriture. J’étudie la boucle culture-technique à l’œuvre dans l’écriture informatisée et plus spécifiquement les logiciels permettant d’éditer du texte et des données. J’ai notamment mené une réflexion théorique et empirique sur la pratique cartographique.

2. Les rapports entre sémiotique et informatique, lesquels mettent en lumière les tensions et frictions autour du paramétrage dans les architextes. Ce travail s’inscrit dans une histoire longue de la médiation et du design. Mon approche actuelle passe par une analyse de la fluidité structurée du texte et de sa codification par des signes.

3. Le paradigme post-numérique. Les chercheurs et chercheuses en SIC sont à la fois observateurs, acteurs et prescripteurs des mutations de la société à travers leurs travaux. Je m’intéresse à cet impact en travaillant sur le concept de paradigme post-numérique, dans la continuité des recherches portant sur l’histoire des régimes documentaires.

Pourquoi ouvrir un carnet sur Hypothèses ?

Les trois thématiques ci-dessus forment quasiment un programme de recherche et c’est ce que je souhaite amorcer ici, en posant les jalons de mes explorations présentes et futures.

Si je suis déjà présent sur le Web depuis plusieurs années, je passe actuellement à une nouvelle étape : celle d’un jeune chercheur en pleine prospective qui espère tisser des liens avec ses pairs sur ses thématiques de prédilection. Or de nombreux auteurs sont présents sur les réseaux : des blogs personnels à Twitter en passant par des carnets de ce type, il existe une communauté active qui a tout compris des possibilités offertes par Internet à la grande conversation scientifique.

Je me lance donc le défi de structurer et mettre en ligne mon travail de façon publique et régulière : j’espère ainsi recueillir des critiques, des encouragements et de nouvelles idées pour progressivement intégrer et enrichir cette communauté.

Le carnet est ouvert, n’hésitez pas à vous exprimer en commentaire et à bientôt pour un premier article.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.