Matière à pensées

Ce texte accompagnait ma présentation au XXIe congrès de la SFSIC. Je le publie en même temps que le diaporama, comme pour la conférence précédente. Contrairement à Écridil, j’intervenais cette fois-ci dans une session parallèle avec un petit auditoire dont les référentiels théoriques et les objets d’étude étaient assez éloignés des miens, la discussion a donc été limitée. Avec cette mise en ligne, le propos saura peut-être mieux trouver son public, en attendant peut-être la publication sous forme d’article.

 

Introduction

L’édition représente à la fois une partie de mon parcours de formation, l’un de mes objets d’étude et une pratique personnelle et professionnelle. Je l’aborde via une notion structurante dans mes recherches, les technologies de l’intellect (voir ma notice dans L’Abécédaire des mondes lettrés). Spécifiquement, il s’agit d’étudier l’outillage du travail intellectuel et la façon dont se matérialise la pensée. J’emploie les mots de matière et de médiation parce que je décris des manifestations concrètes du travail intellectuel, c’est-à-dire que je parle de médiologie plus que de médiatisation. Les outils d’édition sont les principaux instruments avec lesquels nous produisons des savoirs. Or l’édition est une activité qui repose beaucoup sur la reproduction ; l’une des questions que l’on se pose est donc de savoir comment faire pour continuer à être créatif malgré la répétition et la routine.

Le verbe créer peut être défini comme « concevoir, imaginer quelque chose de nouveau, donner une forme originale à quelque chose » (TLFI). Éditer, c’est donner forme mais cela n’est pas forcément synonyme d’originalité. En effet, on ne crée que rarement à partir de rien dans l’édition ; l’informatisation a très largement favorisé cela en introduisant la copie et l’automatisation, deux choses qui rendent rapide et facile l’utilisation des gabarits, de données locales ou distantes, et bien sûr la modélisation des tâches. Les interfaces des outils d’édition rendent l’acte de créer est de plus en plus accessible, voire de plus en plus trivial. Il faut aussi préciser que la bureautique attache au verbe créer un sens qui est beaucoup plus prosaïque que sa définition générale : il s’agit simplement d’une génération de document. Or cette création fait l’objet d’une prise en charge qui est totale.

Je pose la problématique suivante : comment les nouvelles médiations du travail intellectuel favorisent-elles la créativité ? Cela suppose bien entendu qu’il y a de nouvelles médiations du travail intellectuel et qu’il y a un rapport entre ces médiations et notre créativité. Les outils d’édition pour moi forment un terrain idéal pour éprouver ce genre d’hypothèses ; les observations que je relate ici sont issues d’une pratique réflexive de ces outils, à partir de laquelle je discute des possibilités de conceptualisation qui s’y appliquent et des perspectives que cela ouvre.

Remarques méthodologiques

Chronologiquement, ce travail commence en 2016, lorsque j’ai commencé à étudier la notion de technologie de l’intellect. L’historique du concept a été retracé par Pascal Robert dans son livre Mnémotechnologies1, et j’ai constitué un corpus d’auteurs et de textes qui appartiennent à cette histoire ou qui la complètent : Jack Goody bien sûr2, mais aussi François Dagognet en philosophie3, ainsi que Christian Jacob4 et Éric Guichard5 pour l’épistémologie de la cartographie. À la suite de ces lectures, j’ai passé plusieurs mois en 2017 à me former et à pratiquer les outils de cartographie numérique dans le cadre d’un stage à l’INRIA, avec à la clé un mémoire de recherche en SIC soutenu à l’ENSSIB. Enfin et plus récemment en amont de cette conférence, j’ai recoupé mes observations pour étudier les logiciels d’édition de texte en général.

Un point important sur la terminologie : les anglophones font la distinction entre l’édition en tant que filière, c’est-à-dire le publishing, qui désigne aussi l’acte de publier, et l’élaboration effective du document, l’editing. En important la bureautique à l’anglo-saxonne dans nos usages, nous avons créé une certaine polysémie, puisque la langue française utilise le terme d’édition dans les deux cas. Je précise donc la manière dont j’envisage les 3 termes suivants : éditer au sens de créer et manipuler des fichiers, éditeur au sens de logiciel permettant d’éditer, et édition au sens d’un ensemble de pratiques d’écriture qui vont de la rédaction à la programmation.

Ma méthode est d’abord exploratoire en partie je pense parce que la pratique de ces outils est exploratoire. Tout mon propos repose sur la réflexivité. Cela appelle évidemment à être complété par des approches méthodologiques plus structurées : la production de typologies, l’entretien, des statistiques d’usage. En matière de théorie, il faudrait absolument approfondir du côté de l’histoire de l’informatique et plus particulièrement des techniques de publication assistée par ordinateur. À cela j’aimerais ajouter une ouverture sur d’autres domaines, comme les pratiques artistiques théorisées et le design. Ce sont autant de pistes pour poursuivre ce travail.

Galerie d’interfaces

(Cette partie du texte s’appuie sur les illustrations présentées dans le diaporama.)

Commençons le tour des interfaces par deux extrêmes. Le premier extrême est un éditeur de texte qui s’utilise via la ligne de commande. En l’occurrence, il s’agit de Vim mais cela pourrait être Nano ou Emacs. L’interface est purement textuelle, la prise en main n’est donc pas évidente et les modes d’interaction sont simplifiés au maximum : lancer le logiciel, passer en mode insertion et commencer à écrire, tout se fait au clavier.

L’autre extrême est un environnement avec lequel dont nous sommes tous familiers. Dans mon exemple, je montre le logiciel Pages d’Apple mais cela pourrait être Word, Libreoffice ou même Indesign. Il s’agit de cette famille de logiciels qu’on appelle WYSIWYG, dans lesquels on interagit avec le document tel qu’il sera publié. L’interface est graphique, elle comporte des menus en haut, des règles sur les bords, des boutons tout autour. Ici aussi, on peut lancer le logiciel au clavier, sélectionner un modèle ou non pour créer un document et commencer à écrire, mais la souris joue un rôle important dans la navigation.

La pratique de ces deux types d’environnements n’a pas les mêmes apports à notre intellect, parce que le rapport à l’écriture et à la computation n’est pas le même. Ce qui m’intéresse, c’est la possibilité de jouer avec les deux types d’interface, à la fois textuelle et graphique.

Premier exemple de mélange des genres : du texte brut en langage Markdown, qui est une sorte de syntaxe HMTL très allégée, dans un éditeur qui permet de visualiser simultanément un rendu du texte suivant un modèle donné. Le Markdown est très populaire sur les plateformes d’hébergement de code notamment, il est souvent utilisé pour écrire de la documentation : ici le panneau de droite montre la mise en forme du texte suivant le modèle de Github. Deux éléments sautent aux yeux : la notion de rendu, et la simultanéité. On y reviendra.

Deuxième exemple, autre langage. Le texte est balisé cette fois en LaTeX. On retrouve dans cet éditeur une disposition en panneau mais le fonctionnement est différent, il n’est pas simultané : on écrit le texte, puis lorsqu’on veut le visualiser on lance une compilation qui produit un document PDF, lequel s’affiche à côté. Si on édite à nouveau le texte, l’aperçu ne change pas. Il faut compiler à nouveau pour voir les changements.

Troisième exemple : le texte est en R Markdown, c’est-à-dire un mélange du balisage léger qu’on a évoqué précédemment et de code R, plus complexe, pour certains segments du document (notamment les figures). Là aussi on compile, mais cette fois l’éditeur peut fabriquer à la fois du PDF et du HTML suivant un modèle spécifique (ici l’aperçu correspond au HTML).

Quatrième exemple, légèrement différent. L’éditeur est un logiciel de type Système d’Information Géographique (SIG). Je prends comme exemple la fabrication d’une carte de la densité de population en Auvergne-Rhône-Alpes. Le logiciel permet de joindre toutes sortes de fichiers, comme ici les contours d’une région et un tableur, afin d’éditer une carte. L’interface est plus complexe que les précédentes, empruntant encore plus largement à la bureautique : on a affaire à beaucoup de panneaux mobiles, de menus et de boutons. Néanmoins on retrouve les deux grandes composantes : du texte, à la fois dans l’aperçu des statistiques et le paramétrage de la carte par des expressions codées qui permettent de calculer des valeurs, faire de la mise en forme conditionnelle, etc. ; et bien sûr, la dimension visuelle, avec ce cadre central dans lequel s’affiche un rendu simultané des opérations d’édition.

Enfin pour boucler la boucle, à nouveau la ligne de commande : quelques lignes d’un programme écrit en Javascript, qui puise dans une librairie appelée D3, laquelle permet notamment de faire de la visualisation de données. Ces lignes de code permettent de fabriquer la même carte que le SIG montré précédemment, mais avec une interface qui redevient purement textuelle.

La notion de rendu

Type d’interface, type d’information, type d’aperçu : ces paramètres et leurs intersections possibles décrivent un ensemble d’outils assez riche. Selon le type d’interface et la séparation ou non entre le fond et la forme, le type de rendu, on a des cas de figure qui sont plus ou moins intéressants à décrypter. Ce qui distingue les WYSIWYG du reste, c’est la présence incontournable d’un affichage du document dans sa forme publiée. Pour ce qui est des autres outils, cet affichage est facultatif, car tout peut être réalisé via des interfaces textuelles. Cependant, la possibilité d’affichage existe, c’est toujours une option et cette possibilité crée une distinction intéressante.

Je parle d’une distinction mais il faut bien saisir de quoi il s’agit. Ce n’est pas nécessairement une séparation entre fond et forme, puisqu’un même fichier HTML ou LaTeX peut contenir à la fois des informations de nature sémantique et stylistique. Ce n’est pas non plus une séparation stricte entre document édité et document produit. Un logiciel de cartographie classique comme QGIS ou ArcGIS, par exemple, brouille les cartes (sans vouloir faire un mauvais jeu de mot) : il présente une version de la carte en cours d’élaboration d’une manière qui évoque le WYSIWYG sans en être tout à fait, puisque l’appareil critique est généralement ajouté lors d’une étape d’export distincte de l’interface principale. La distinction a en fait lieu entre ce que l’on édite et l’aperçu qu’on en a, et plus spécifiquement la nature documentaire cet aperçu.

La définition du document dont nous avons hérité au tournant des années 2000 a été façonnée par plusieurs décennies de tradition théorique, de Paul Otlet au collectif Pédauque, en passant par des auteurs fondamentaux comme Briet, Pagès, Estivals, Escarpit, Meyriat et Buckland, pour ne citer qu’eux. Notion avant tout fonctionnelle, elle nous permet d’appréhender la trace écrite comme une information enregistrée en vue de sa transmission. Or le problème c’est que le rendu est un objet dont cette définition peut difficilement se saisir.

À première vue, il y a bien une inscription sur un support : des pixels allumés sur un écran. Il y a donc manifestement quelque chose qui pourrait être qualifié d’image, de représentation ou de visualisation, quelque chose qui pourrait être documentarisé par capture d’écran, sauvegarde ou export répétés, permettant la circulation dans le volume et la temporalité d’une série de traces. Mais ce qui nous frappe ici, c’est précisément le fait que cet objet se présente et disparaît sans laisser de traces. Un rendu n’est pas un document : c’est une inscription de pixels. Il est à l’écran ce que l’encre est au papier : on allume un pixel comme on ferait un point sur une page.

Il n’y a pas de document mais il y a bien quelque chose. Quand je fabrique un texte ou une carte, je m’en fais une idée. L’outil me permet de matérialiser quelque chose en réponse à cette idée, une image de l’image que nous nous faisons du document à venir. Au passage, la réalité de l’objet n’est pas en cause, nous en saisissons l’existence aussi bien par intuition que par analyse ; une opération mentale a eu lieu, matérialisée par une technologie de l’intellect mettant en jeu un support, des informations, une inscription. Pour ce qui est de la cartographie, l’importance de la matérialisation a très bien été mise en évidence par Christian Jacob dans L’empire des cartes ; en l’occurrence, la carte est la matérialisation d’un schéma qui naît dans l’esprit. C’est un point crucial, car cela permet de comprendre la pensée du territoire, lequel est souvent précédé par la carte.

Un potentiel heuristique nouveau

Ce phénomène de matérialisations s’observe dans tous les outils d’édition qui proposent un affichage du document sous sa forme publiée. Deux éléments retiennent mon attention dans la pratique de ces outils.

D’abord, le caractère à la fois insatisfaisant et dynamique de cet objet de ce rendu. Le paramétrage informatique est une opération généralement difficile et imparfaite, qui fait que l’image anticipée par l’usager ne correspond pas forcément à l’image proposée par la machine. Néanmoins c’est la réactivité, le dynamisme du rendu qui permet des aller-retours constants et fait précisément l’intérêt de l’objet : il puise dans les logiques d’accélération inhérentes aux TIC pour mettre en place un rapport privilégié entre l’intellect et son outillage. La performance de nos équipements actuels fait que cette matérialisation répond presque instantanément à l’image mentale.

Le deuxième élément, c’est qu’on ne se trouve plus dans la bureautique classique mais dans un outil qui a gagné une dimension expérimentale. La cartographie est l’un des premiers domaines dans lequel on a soulevé l’idée d’un potentiel heuristique inédit de l’outil d’édition. De façon pratique, cela s’observe par la multiplication des cartes dites de travail, et globalement une pratique qui se détache de la finalité documentaire. Il y a clairement des échos de cela dans les éditeurs de texte au sens large : ils permettent de travailler le document comme un espace d’essai et d’expérimentation. Certes, cette expérimentation peut être archivée au fil de l’eau avec le système des logs, pour reconstituer un processus de documentation plus classique. Mais les pratiques émergentes tournent autour de la production, du partage et de la réutilisation non pas de terminus documentaires à visée communicationnelle mais de méthodes. En cartographie, c’est complexe : la reproductibilité des cartes est un gros problème du fait de la complexité architecturale des outils de type SIG. Cela nécessite des efforts de conception importants, avec des pistes plus prometteuses dans le domaine de la programmation. Globalement, ces outils d’édition sont rentrés de plain-pied dans la problématique de la reproductibilité, ce qui illustre la façon dont les outils de production de savoirs en général s’inscrivent dans la co-construction de la culture scientifique et de la technique.

Expérimenter, chercher, créer

J’ai mentionné le fait que le verbe créer a un sens assez prosaïque en bureautique. Dans ce contexte, quid de la créativité ? On peut observer que la dimension créative se déplace vers des utilisations plus avancées : virtuosité dans la combinatoire des données, capacité à réécrire l’outil lui-même ou encore inventivité formelle. On peut également observer qu’il y a d’autres sources de créativité. Ces sortes de boucles, d’aller-retours entre abstraction et matérialisation que j’ai décrits, sont le fruit d’un bon design de l’interaction entre homme et machine. Faut-il attribuer cette créativité stimulée à la technique elle-même ou à la finalité recherchée par l’usager ?

Il serait faux de dire que la fonctionnalité seule conditionne la démarche expérimentale, de même qu’il est difficile de nier que l’aspect radicalement nouveau de cette fonction heuristique provient avant tout d’une évolution de l’outil lui-même. La plasticité du support est un facteur déterminant de cette possibilité nouvelle, mais les tablettes d’argile ou les tableaux noirs remplissaient peu ou prou le même usage bien avant l’invention des écrans, d’une façon archétypale. Technique et pensée n’avancent pas au même rythme. Le principe de référence qui est derrière l’hypertexte est plus vieux que les écrans d’ordinateur ou les réseaux de télécommunication. Les apports intellectuels de la cartographie et du caractère dynamique de l’édition numérique en général sont avant tout la manifestation d’une co-construction de la culture et de la technique, parfois saccadée mais dont la continuité est rendue manifeste par la présence de l’écriture.

Là aussi, ce serait intéresser d’élargir l’approche et notamment d’aborder la question d’un point de vue interdisciplinaire. Mais pour répondre à la problématique et c’est ouvert à la discussion, ces éléments et leurs implications entretiennent pour moi un rapport avec la notion de créativité, parce qu’au delà de la démarche scientifique, ils permettent une démarche de recherche. Ceci étant dit, la créativité n’est pas une vertu systématique, comme cela a été débattu durant le congrès, encore moins pour une activité lourdement instrumentée et automatisée comme l’édition.

En ce qui concerne des perspectives plus industrielles, les réalisations sont déjà en route. On a vu récemment l’éditeur de texte sémantique Stylo réalisé par la Chaire de recherches sur les écritures numériques. On peut citer les carnets numériques Jupyter qui permettent de faire cohabiter rédaction et programmation. On peut imaginer à l’avenir des intégrations entre rendu et compilation pour LaTeX dans des services d’écriture collaborative en ligne.

Mais surtout, la prise en compte du design se fait de plus en plus incontournable. Et, opinion plus personnelle, je pense qu’on peut commencer à acter la sédimentation de ce qu’on appelle numérique ou digital, et commencer à reparler d’humanités tout court.


  1. Robert P. (2010). Mnémotechnologies : une théorie générale critique des technologies intellectuelles. Paris : Lavoisier.
  2. Goody J. (1979). La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage. Paris : Les Editions de Minuit. — (1986). La logique de l’écriture : aux origines des sociétés humaines. Paris : A. Colin.
  3. Dagognet F. (1999). Les outils de la réflexion : épistémologie. Les empêcheurs de penser en rond. Le Plessis-Robinson : Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance.
  4. Jacob C. (1992). L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire. Paris : Albin Michel.
  5. Guichard, Éric (2006). « L’internet : retrouvailles de l’écriture et de la cartographie ». In : Revue de la Bibliothèque nationale de France 24, p. 51-55.
Citer ce billet : Arthur Perret, "Matière à pensées," dans Infologie, 25/06/2018, https://infologie.hypotheses.org/60.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.